Une mythique affaire Marseillaise résolue… grâce à nos caméras !

L’histoire est connue de tous et participe à la légende de Marseille. Léo Ferré en parlait déjà dans le morceau « Il n’y a plus rien » en 1973.

Ce sont des images capturées par un système de vidéoprotection installé par Delta Sertec qui auront permis aux enquêteurs d’arrêter le coupable : le suspect a en effet reconnu les faits en garde à vue.

Un proche du dossier qui tient à conserver l’anonymat nous a confié sa joie et donné quelques détails sur l’enquête.

« Cela faisait longtemps que les services de police judiciaire rêvaient de résoudre cette enquête, mais les années passant, les moyens alloués à ce dossier ont fini par baisser. Ces images ont clairement permis un rebond dans l’enquête. Le suspect s’apprêtait à reconduire ses méfaits et c’est son manque de vigilance qui aura conduit à son arrestation. »

Volonté de récidive et opération « coup de filet »

« Sur les images, on voit l’individu repasser à plusieurs reprises près du lieu du crime, à Marseille. En recoupant avec d’autres images de la région, nous avons pu identifier plusieurs passages du suspect aux alentours du port de Toulon. Nous avons tout de suite pensé que le suspect préparait une récidive. »

« Nous avons pu nous appuyer sur le soutien des pêcheurs de la région pour cette opération ‘coup de filet’ qui a permis l’interpellation du suspect et plusieurs de ses proches. »

Dénouement heureux

La sardine qui avait bouché le port de Marseille a été remontée à bord de l’un des bateaux de pêche participant à cette opération d’une envergure nouvelle. Les forces de l’ordre, présentes à bord, ont immédiatement confirmé l’identité du suspect et ont pu également constater la présence de plusieurs autres éléments visés par l’enquête pour leur possible implication dans cette affaire.

La question de la prescription est écartée puisque les suspects ont été interpellés en flagrant délit de récidive et plusieurs d’entre-deux ont déjà avoué leurs rôles respectifs.

Des questions en suspens

Clairement identifié comme le leader de l’opération, la sardine n’a toutefois pas agi seule, il faudra alors probablement parler « des sardines qui ont bouché le port de Marseille». Peut-être même « des poissons », car au moins un mérou et deux rougets semblent avoir largement contribué à cette nouvelle tentative de boucher un port de la région.

L’enquête n’identifie pas, à l’heure où nous écrivons cet article, quelles sont les motivations de ces poissons, ni pourquoi ils ont attendu aussi longtemps avant d’envisager une récidive.

Enfin, comme nous le rappelait notre source anonyme « la loi ne prévoit pas clairement quelles sont les peines applicables à des individus de type poisson ». Il n’est pas impossible qu’à l’issu de l’enquête, les coupables finissent à la plancha.

One comment

  • La superbe technologie déployée par DS pourrait-elle aider l’OM à trouver de VRAIS dirigeants?
    Des mecs ou nanas capables d’avancer dans la Complexité avec Compétence, de gérer l’Hétérogénéité dans la Médiation et la co-construction, pour enfin naviguer entre Vision et Résultats.
    Sans oublier la finalité: « DROIT AU BUT! »
    Merci d’avance!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*